“Tourisme durable ? Mais je ne veux pas aller dans une cabane !”

Nous le constatons au fil de nos investigations et de nos rencontres, communiquer sur les engagements responsables d’un établissement s’avère être un casse-tête pour ces patrons de toutes petites entreprises qui essaient de bien faire.

On a envie de montrer tout ce qu’on fait de bien, de valoriser toute cette sueur et tous ces euros consacrés à rendre son activité respectueuse des équilibres sociaux et environnementaux ; d’expliquer que non seulement on responsabilise son activité, mais qu’en plus on optimise la rentabilité de son établissement.

Seulement aujourd’hui, en dehors du positionnement « nature », qui n’est pas forcément synonyme de « responsabilité » – et en tout cas bien réducteur au regard de la diversité du tourisme durable, qui n’est autre que celle du tourisme tout court – communiquer sur ses engagements responsables revient trop souvent à expliquer que l’énergie consommée est propre, ainsi que les produits ménagers, voire que l’on a mis en place un programme d’éco-mobilité pour ses salariés, ou que les clients n’auront plus de produits d’accueil à remporter chez eux mais trouveront en lieu et place des distributeurs de savon accrochés au mur.

Bref, hormis une poignée de touristes, ça n’intéresse personne ; voire, ça dissuade et repousse. C’est dur, mais c’est souvent le cas !

D’abord les bénéfices consommateurs ; après, la bonne conscience.

Faire la promotion d’une destination ou d’un hébergement durable auprès des touristes doit évoluer pour insister moins sur la bonne conscience (stratégie malheureusement peu efficace dans un secteur où on consomme d’abord pour se faire plaisir) que sur les bénéfices consommateurs liés à la responsabilité de l’activité.[/box]

Cela peut et doit passer par :

  • la mise en avant des activités proposées (valorisation du patrimoine local),
  • l’originalité de certains dispositifs comme les piscines naturelles (respect de l’environnement),
  • la bonne bouffe saine et authentique (agriculture biologique, développement local),
  • le bien-être et la santé des clients grâce à une eau pure (gestion de l’eau avec système de filtration innovant) ou de beaux paysages variés (respect de la biodiversité, fauchage tardif…),
  • la qualité de service (due à la responsabilité sociale de la structure auprès des salariés),
  • l’accessibilité à une large diversité de clientèle (handicapés, familles : responsabilité sociale et sociétale),
  • la jolie vue plein sud à travers la baie vitrée qui fait que vous n’aurez jamais froid dans votre chambre (économies d’énergie), etc.

C’est, entre autres, cette transition que nous nous efforcerons d’accompagner au fil de nos rencontres sur notre tour de France, en nous évertuant à trouver pour chaque structure les bons mots, les bons remèdes pour véhiculer de façon pertinente toute la valeur ajoutée de leur investissement, de leur démarche pour un autre monde ; ou un monde meilleur.

Menu
Curabitur eget ante. id, ipsum elementum venenatis, ut dolor. velit, leo