HopTriper malgré moi #1 – @The Black Sheep Inn (Equateur)

Lea fait ses premiers pas en tant que voyageuse et exploratrice. Après avoir travaillé au Costa Rica pendant un an, elle a décidé de parcourir l’Équateur, mais exclusivement dans des établissements engagés dans le tourisme équitable et solidaire. Et devinez quoi : en échange de ses compétences, on lui a offert le gîte et le logement. Quelque part, c’était déjà une Hoptriper !

De retour à Paris, elle a découvert Hopineo. Après quelques mails et échanges sur Skype, nous avons décidé de collaborer avec Lea en lui permettant de publier une série d’articles relatant ses expériences de « HopTrip » en Équateur. Hopineo est heureux de les partager avec vous.
Article écrit par Lea Denieul

[vc_single_image image=”24770″ align=”center” img_size=”full” img_link_large=”yes” img_link_new_tab=””]

Le voyage responsable, c’est avant tout un échange !

[vc_message type=”attention”] J’ai choisi de voyager de façon responsable parce que je crois qu’il est possible de créer des expériences mémorables pour les touristes tout en les sensibilisant aux climats politiques, environnementaux et sociaux des pays d’accueil. [/vc_message]
Les gens pensent que le voyage responsable coûte plus cher que les chaines d’hôtels « all inclusive » (tout compris). Mais c’est un mythe : j’avais un budget de 250$ pour un voyage de 3 mois (sans compter le billet d’avion). La plupart des établissements sont heureux de vous laisser troquer vos compétences (quelles qu’elles soient) contre le gîte et le logement. C’est l’ÉCHANGE qui forme la base des voyages équitables et solidaires.

Bienvenue dans un paradis écologique…

J’ai commencé au Black Sheep Inn, une éco-lodge accréditée par The International Ecotourism society (TIES). C’est plutôt paumé : le village de Chugchilán compte 100 habitants et a une connexion Internet depuis 8 ans seulement. C’est pour cela que le Black Sheep Inn est le paradis du randonneur : le gîte est parfaitement situé en plein milieu des Andes équatoriennes. Le parc national Iliniza, le canyon del Rio Toachi et le lac volcanique Quilotoa, tous des paysages à vous couper le souffle, se trouvent à deux pas.
En plus, le gîte est géré à 100 % par des habitants du village ; on y collecte l’eau de pluie, on y recycle papier, plastique et métal et on n’y cuisine que des plats végétariens avec les produits locaux de la Sierra (la montagne environnante). Et on y trouve les plus belles toilettes sèches que j’ai pu voir. Loin d’être sales et malodorantes, elles sont un véritable havre de paix dans un jardin botanique : c’est bien plus facile de digérer avec une vue sur les montagnes. 😉

[vc_single_image image=”24708″ align=”center” img_size=”full” img_link_large=”yes” img_link_new_tab=””]
[vc_single_image image=”24711″ align=”center” img_size=”full” img_link_large=”yes” img_link_new_tab=””]
[vc_single_image image=”24714″ align=”center” img_size=”full” img_link_large=”yes” img_link_new_tab=””]

Un HopTrip de 2 mois !

[vc_message type=”attention”] J’ai fini par travailler 2 mois en tant que guide en montagne, prof de yoga et assistante administrative. [/vc_message]

La boucle de Quilotoa

La randonnée la plus connue dans le coin s’appelle le Quilotoa Loop. Le Quilotoa est un volcan qui est entré en éruption il y a 800 ans et s’est progressivement rempli d’eau de pluie. Le soufre rend l’eau turquoise. Dans les villages alentours, vous remarquerez que les indigènes parlent Quechua et qu’ils ont gardé leurs vêtements traditionnels et leurs croyances spirituelles. On dit que le lac est sans fond et que jadis s’y trouvait la grotte d’un grand condor. Celui-ci aurait kidnappé la princesse Toa qui a donné son nom au lac.

[vc_single_image image=”24717″ align=”center” img_size=”full” img_link_large=”yes” img_link_new_tab=””]

On peut marcher jusqu’au lac depuis le Black Sheep Inn ou dans l’autre sens : la distance est d’à peu près 10 km. On peut aussi se balader autour du cratère, ce qui fait 9 km. Le sommet le plus haut se trouve à 3914 mètres d’altitude.

En étant guide, on rencontre plein de gens merveilleux.

Regardez la vidéo !

[vc_single_image image=”24720″ align=”center” img_size=”full” img_link_large=”yes” img_link_new_tab=””]
[vc_single_image image=”24723″ align=”center” img_size=”full” img_link_large=”yes” img_link_new_tab=””]

Quilotoa – Chugchilán

1. Crater: Distance 3667 mètres / Altitude 3856 mètres ; 3722 mètres

2. Par Guayama: Distance 3390 mètres / Altitude 3722 mètres ; 3270 mètres

3. Par Chugchilán: Distance 3400 mètres / Altitude 3270 mètres ; 3200 mètres

En temps de brume, on peut faire du kayak sur le lac. La location coûte 3$ pour 30 minutes.

[vc_single_image image=”24726″ align=”center” img_size=”full” img_link_large=”yes” img_link_new_tab=””]

Chugchilán voit naître de plus en plus d’auberges qui emploient des habitants du village en tant que chauffeurs, guides ou accompagnateurs équestres. Miguel, par exemple, propose de faire découvrir la forêt tropicale et ses magnifiques orchidées.

[vc_single_image image=”24729″ align=”center” img_size=”full” img_link_large=”yes” img_link_new_tab=””]

Humberto offre des balades à cheval (il a obtenu un crédit à 0% auprès du Black Sheep Inn pour commencer son activité).

[vc_single_image image=”24732″ align=”center” img_size=”full” img_link_large=”yes” img_link_new_tab=””]
Autres randos…

Enfin, il existe l’option de partir seul à l’aventure. Voici quelques plans et recommandations pour vous guider :
La parfaite petite rando du matin : the Skywalk (4.6 km en 2 h environ).

[vc_single_image image=”24738″ align=”center” img_size=”full” img_link_large=”yes” img_link_new_tab=””]
[vc_single_image image=”24735″ align=”center” img_size=”full” img_link_large=”yes” img_link_new_tab=””]

Ma rando préférée : GRAN CAÑON DEL RÍO TOACHI (11 km en 4 h):

[vc_single_image image=”24741″ align=”center” img_size=”full” img_link_large=”yes” img_link_new_tab=””]
[vc_single_image image=”24744″ align=”center” img_size=”full” img_link_large=”yes” img_link_new_tab=””]

En somme, le Black Sheep Inn est un MUST pour les voyageurs qui passent par l’Équateur. Les propriétaires de ce gite, Michelle et Andy, ont énormément contribué au développement de la communauté (en donnant des cours d’anglais, des bourses… Ils ont même construit un centre de recyclage pour le village !).
C’est bon de savoir qu’en voyageant, on peut avoir un impact positif.
[vc_message type=”attention”] Chugchilán est l’exemple parfait d’un village qui connaît un essor économique tout en protégeant ses ressources plutôt qu’en les exploitant. [/vc_message]

, ,
Article précédent
Voulez-vous être rentable ?
Article suivant
Rencontre avec Charles Addad (Senegal)

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Menu
risus. elit. quis, vulputate, justo velit, tristique et,